Patient en train d'écrire un témoignage de son opération de Syndrome de Poland

Témoignages interventions Syndrome de Poland

Une chirurgie de correction du Syndrome de Poland par implant 3D personnalisé n'est jamais anodine. C'est néanmoins une technique rapide, simple et dont le résultat est immédiat.

AnatomikModeling prend le temps de recueillir les témoignages des chirurgiens qui pratiquent cette technique mais aussi de leurs patients afin de rassurer les personnes voulant corriger cette pathologie par cette chirurgie.

J'ai utilisé les implants 3D pour un large éventail d’indications, principalement le pectus excavatum, le syndrome de Poland, les déformations thoraciques. Et je trouve particulièrement utile d’apporter une correction spécifique à chaque patient. Parce que les implants sont conçus sur la base d'un CT scan, ils s'adaptent le mieux possible à l'anatomie du patient. Comparé à l'ancienne méthode de création d'implants sur mesure basés sur un moule externe, cette technique est plus précise. Concernant la chirurgie, elle est généralement simple et la récupération ne présente pas de problèmes majeurs. Dans l'ensemble, mes patients étaient satisfaits des résultats.

Dr Omar Tillo, Londres (Royaume-Uni)

La technique des implants 3D est une technique moderne et précise. Elle a un taux de complication faible et un niveau de satisfaction élevé chez les patients. De plus, la technique peut être utilisée dans des cas primaires, mais aussi dans des cas secondaires, en particulier pour reprendre des cas de Nuss ou Ravitch dont le résultat était insuffisant.

Dr Claudia Schirmer, chirurgien plastique, Hospital Italiano Buenos Aires (Argentine)

L’utilisation des implants 3D sur-mesure pour traiter le syndrome de Poland est un grand pas en avant. C’est réellement une technique plus précise, simple, rapide et économique.

Dr Stephen McCulley, chirurgien plastique, Nottingham (Royaume-Uni)

Les implants donnent un bon résultat sur le long terme, et sont relativement économiques puisque l‘intervention est gérée en 1 jour. Les patients ne sentent plus l’implant au bout de quelque temps, l’assimilant à leur cage thoracique. Ils sont très contents et reviennent nous voir avec le sourire, ce qui est très positif pour nous.

Pr Karen Redmond, chirurgien thoracique, PectusCheck, Dublin (Irlande)

L’intérêt des implants sur mesure, c’est d’abord de répondre parfaitement au besoin du manque quand il s’agit d’un pectus, d’un Poland ou d’une atrophie d’un membre. Ce qui me plaît avec cette technique, c’est le caractère définitif de la prothèse et la simplicité du geste.

Pr Véronique Duquennoy-Martinot, chirurgien plasticien, CHRU de Lille

Je n’ai pas eu de patients insatisfaits. Sur une trentaine de patients, sur une échelle de 1 à 10, ils sont globalement entre 7 et 9. Si on pouvait faire disparaître la cicatrice, je pense que tout le monde serait à 10! On répond à leur demande principale qui est de faire disparaître avec le moins de risque et de récurrence possibles la déformation qui les complexe depuis le début de l’adolescence.

Pr Christian Herlin, CHRU Lapeyronie, Montpellier

L’intérêt c’est d’abord de répondre parfaitement au besoin de compenser le manque engendré par le Syndrome de Poland. Ce qui me plaît c’est le caractère définitif de la prothèse et la simplicité du geste.

Pr Véronique Duquennoy - Martinot, CHRU de Lille

C’est une technique très facile pour traiter le Syndrome de Poland. Grâce à la mesure 3D, on peut vraiment avoir un volume parfait pour le patient, qui ne bouge pas dans le temps. Le résultat est presque immédiat.

Dr Vincent Nguyen, cabinet privé, Paris

Il y a maintenant 12 semaines que j'ai été opéré pour corriger le syndrome de Poland par implant sur mon côté gauche. Après 8 semaines, j'ai recommencé à nager tous les jours 1 km, timidement au début. J'ai maintenant plein de force et j’ai entièrement retrouvé le mouvement. Je suis très content de l'implant. Je le ressens comme une partie de moi. L'implant n'est pas un muscle fonctionnel, mais je nage plus fort et mieux, je suis plus en forme, plus fort et plus confiant. Ne sachant pas que j'avais été opéré, ma belle-sœur a même fait remarquer à ma sœur que je "semblais être plus à l'aise dans ma peau". Les gens ne remarquent pas l'implant mais ils remarquent un changement en moi.

Graham, 62 ans, Dubaï (Emirats Arabes Unis)

Avant l’opération, je vivais ça comme un mal être, une gêne quand il s’agissait d’être torse nu comme par exemple à la piscine ou à la plage. Je me suis vu refuser des propositions tellement que cela me gênait. J’ai vu sur internet que l’implant était la solution la plus efficace et la plus réputée pour combler ce manque esthétique causé par le syndrome de Poland. L’opération était douloureuse pendant quelques jours mais je m’en suis vite remis (7 à 10 jours) et j’ai donc repris mes activités peu de temps après. Le résultat est concret on peut à peine distinguer la différence avec l’autre côté, donc très satisfait. L’intervention m’a apporté une hausse de confiance en moi et m’a permis de ne plus avoir honte quand il s’agit de le montrer. 

Benjamin, 17 ans, Toulouse (France)

Les résultats chez nos patients ont été aussi bons que prévu. J'apprécie beaucoup les résultats fantastiques obtenus à l'aide de cette technique sûre et efficace. Les patients sont aussi très heureux et entierement satisfaits.

Dr. Kay-Hendrik Busch, Hôpital universitaire de Bonn (Allemagne)

Environ 6 semaines après l'opération, j'ai pu faire du sport, ce qui est très important pour moi. L'opération a laissé une cicatrice plate de 8 cm qui guérit très bien. Bien que je sente l'implant, je suis très content du résultat. Les bords se dessinent légèrement, cependant cela reste très discrets. Une ponction dans le cadre du suivi n'était pas nécessaire.

Témoignage de Mirjam, 25 ans, Bonn (Allemagne)

La possibilité de fabriquer des implants anatomiques sur-mesures à partir d'un scanner a amené un changement radical dans la prise en charge de problèmes tels que le Pectus Excavatum ou l'absence de muscles pectoraux, qui, jusqu'à présent, n'étaient traités qu'avec des techniques complexes impliquant des complications parfois importantes. L'implant permet une correction parfaitement ajustée et beaucoup plus fine qu'avec les moules externes traditionnels. Les patients obtiennent de bien meilleurs résultats.

Dr Jesús Benito Ruiz, Antiaging Group Barcelona (Espagne)

Après avoir consulté en Normandie, où l’on me proposait un lipofilling, j’ai appris qu’il y avait un spécialiste des Syndromes de Poland à Toulouse. La consultation m’a tout de suite mis en confiance. Les suites opératoires se sont bien passées et j’ai gagné en confiance en moi. Une opération de « finition » par lipofilling est prévue pour parfaire le résultat. Je suis globalement très satisfait de la pose de la prothèse.

Christophe, 51 ans, Bordeaux

La confection de prothèse sur mesure est un véritable confort pour les patients souffrant de syndrome de Poland. Elle permet une amélioration notable avec une intervention peu agressive et peu douloureuse.

Pr Julien Pauchot, CHU de Besançon